10 assassinats qui ont changé le cours de l’Histoire

La Mort de César par Vincenzo Camuccini, 1798

L’Histoire est faite de nombreux conflits et de combats et certains ne sont pas arrivés par hasard. En effet, il suffit parfois de l’assassinat d’une personne pour provoquer des batailles d’importance mondiale. Voici donc les 10 meurtres qui ont bouleversé l’Histoire.

1) François-Ferdinand

C’est certainement un des meurtres les plus connus de l’Histoire, notamment pour avoir entraîné un des conflits les plus violents. En 1914, de nombreuses tensions règnent déjà dans toute l’Europe entre l’Allemagne et la France, mais aussi entre l’Empire austro-hongrois et la Serbie. L’assassinat de François-Ferdinand, alors héritier de l’Empire austro-hongrois provoque la déclaration de guerre de l’Autriche-Hongris contre le Royaume de Serbie (l’assassin, Gavrilo Princip, était Serbe). Mais de nombreuses alliances avaient eu lieu en Europe et rapidement, plusieurs pays se retrouvent dans cette guerre, la Première Guerre mondiale qui va durer 4 ans.

Crédits : Wikipédia

2) Jules César

Malgré ses nombreuses réussites en terme de conquêtes et de guerres, Jules César s’est tout de même attiré les foudres de nombreux détracteurs. Le 15 mars 44 av. J.-C., une soixantaine de conspirateurs l’attaquent à coups de couteau. Il en recevra 23 au total. Les assassins souhaitaient par la suite établir une démocratie, mais les choses ont été plus compliquées que cela. La mort de César entraînera en fait de nombreuses instabilités politiques, et ce sera finalement son petit-neveu Octave qui prendra le pouvoir et deviendra le premier empereur de Rome.

Crédits : Wikipédia

3) Alexandre II de Russie

Alexandre II de Russie est un empereur principalement connu pour ses réformes, notamment celle du servage de la Russie en 1860. Mais même les réformateurs doivent faire face aux conspirateurs. Alexandre II échappe à de nombreuses tentatives d’assassinats et d’attentats tout au long de sa vie, mais succombera à l’une d’entre elles. Le 13 mars 1881, il est tué suite à un attentat à la bombe. Le pays sera ensuite dirigé d’une main de fer par son fils, Alexandre III, puis son petit-fils, Nicolas II, entre violence et réprimandes pour ne pas reprendre le schéma réformiste d’Alexandre II.

Crédits : Wikimedia Commons
Début1 sur 3Suite de l'article
Cet article est en plusieurs parties