10 dures réalités qui prouvent historiquement qu’être une femme n’a jamais été facile.

Les hommes ont la plupart du temps eu une place supérieure à celle des femmes dans nos sociétés occidentales. Cependant, il ne faut pas omettre la distinction sociale qui s’opère avant une distinction selon le genre de la personne.

  1. Les jeunes nouvellement nées pouvaient être laissées pour mortes
Eugène Delacroix
Eugène Delacroix

Durant l’Antiquité, il était souvent commun de laisser des filles tout juste nées à l’abandon, voire même les laisser mourir. Les filles nécessitaient d’avoir de l’argent, car il fallait leur attribuer une dot en vue de son mariage, ce qui pouvait ruiner les parents. Voilà pourquoi certains préféraient les tuer. En Égypte, on a pu retrouver des témoignages qui prouvent que si une fille naissait dans la famille, la décision pouvait être de la tuer.

2. Les hommes ne pouvaient pas toucher des femmes qui avaient leurs menstruations.

Dov Goldflam
Dov Goldflam

C’est ce qu’expliquait le philosophe Pline L’Ancien : il ne faut surtout pas s’exposer à des femmes qui ont des menstruations. En Égypte, lorsqu’elles avaient leurs menstruations, les femmes étaient isolées dans un bâtiment qui leur était dédié et où les hommes ne pouvaient pas entrer.

À Hawaï, tout homme qui rentrait en contact avec des femmes en période de menstruation risquait la peine de mort.

3. Perdre sa virginité signifiait la peine de mort

Alessandro Marchesini
Alessandro Marchesini

À Athènes, dans la Grèce Antique, si un homme s’apercevait que sa fille n’était plus vierge (sans avoir été mariée), il pouvait la vendre en esclavage.

Dans la Rome Antique, si une prêtresse qui devait prier pour Vesta (donc une Vestale) perdait sa virginité avant l’âge de 30 ans, elle était enterrée vivante.

Dans l’ancien Israël, toute femme qui perdait sa virginité avant le mariage pouvait était condamnée à mort par lapidation.

Début1 sur 3Suite de l'article
Cet article est en plusieurs parties