Les 12 dirigeants les plus sanguinaires depuis 1945

5) Kim Il-sung

Kim Il Sung était le fondateur et le premier dirigeant de la Corée du Nord (créée en 1948), qu’il dirigea jusqu’à sa mort, en 1994. Dictateur connu et reconnu pour ses crimes, il n’hésitera pas à faire exécuter homme, femmes et enfants, au nom de la « révolution communiste ». Imposant à son peuple un véritable culte de sa personnalité, il sera à l’origine de la mort d’environ 1,6 millions de personnes. C’est aujourd’hui son petit fils Kim Jong-un qui dirige le pays, plus isolé du reste monde que jamais.

Crédits : Wikimedia Commons

6) Mohamed Soeharto

Soeharto était le président de la République de l’Indonésie, de 1967 à 1998. Réputé pour sa politique anti-communisme, il n’hésitera pas à imposer une dictature qui causera la mort de 1,5 millions de personnes au total. Malgré cela, il était un fidèle allié des États-Unis, grâce à ses positions vis-à-vis du communisme. Il sera également à l’origine d’une forte croissance économique, au dépens de son peuple.

Crédits : Wikimedia Commons

7) Yakubu Gowon

Yakubu Gowon était le Chef d’Etat du Nigeria, de 1966 à 1975. Il arrive au pouvoir grâce à un coup d’Etat. Il sera notamment à l’origine de la guerre du Biafra, qui causera la mort de plus de 100 000 soldats, et plus d’un million de civils. Cette guerre est aussi connue pour avoir permis le recrutement d’enfants pour mener les combats.

8) Mengistu Haile Mariam

Mengistu Haile Mariam était le Président de la République populaire démocratique d’Ethiopie de 1987 à 1991. Il est responsable de nombreuses famines dans son pays, mais aussi de plusieurs génocides, ethniques et politiques. Il est condamné (par contumace) à mort pour génocide en 2008, mais est toujours en fuite au Zimbabwe.

Cet article est en plusieurs parties