12 femmes qui mériteraient d’être citées dans les livres d’histoire

Au XXIe siècle, l’égalité des sexes n’est toujours pas une évidence pour tous, ce qui entraîne encore beaucoup d’injustices, les femmes étant les victimes de cela. En effet, rares sont les femmes présentes dans nos livres d’histoire, et pourtant ce n’est pas faute d’avoir essayé. De nombreuses femmes, par leurs idées, leur courage et leurs convictions ont eu un rôle essentiel dans l’histoire, allant pour certaines jusqu’à risquer leur vie. Il est donc temps de leur rendre hommage, mais surtout de les faire connaître.

1) George Sand

De son vrai nom Aurore Dupin, George Sand est une féministe attachée à sa liberté, avec une volonté d’émancipation vis-à-vis des hommes. Elle devient rapidement écrivaine, mais aussi journaliste. Vivement critiquée pour sa vie amoureuse agitée, ses tenues vestimentaires masculines, mais aussi son pseudonyme, George Sand se fera bon nombre d’ennemis. Elle continuera tout de même de provoquer, notamment en se prononçant en défaveur du mariage.

Crédit : Wikimedia Commons

2) Maud Wagner

Née en 1877, Maud Wagner est connue pour être la première femme tatoueuse des États-Unis. Après avoir été contorsionniste et trapéziste, elle se lance dans le tatouage, et doit faire face aux réticences des personnes qui refusent de se faire tatouer par une femme.

Crédit : Wikipédia

3) Shirley Chisholm

Shirley Chisholm devient en 1968 la première femme afro-Américaine à être élue au Congrès. Elle sera même candidate à l’investiture démocrate pour l’élection présidentielle de 1972, mais sera battue par son adversaire George McGovern. Née dans une famille d’ouvrier, elle savait que sa candidature ne gagnerait pas, mais avait choisi de lutter.

Crédit : Wikipédia

4) Olympe de Gouges

Olympe de Gouges, de son vrai nom Marie Gouze, est considérée comme une pionnière du féminisme français. Elle rédige en 1791 la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, et sera aussi à l’origine de nombreux écrits en faveur de l’abolition de l’esclavage des Noirs. Elle sera guillotinée à l’âge de 45 ans pour ses idées qui dérangeaient.

Crédit : Donnonsluiunnom
Début1 sur 3Suite de l'article
Cet article est en plusieurs parties