Prénoms interdits par la loi : 20 parents qui se sont fait recaler par les autorités, et heureusement

Crédits photos : Wikipedia/Flickr/Montage : Laliste.net

Certains prénoms peuvent-être originaux, d’autres vraiment difficiles à porter. Heureusement pour le futur de certains enfants, les lois sont faites pour que les parents ne puissent pas toujours suivre leurs idées farfelues. Découvrez ces 20 prénoms pour bébé interdits par la loi. À dormir debout !

Pas facile de décider d’un prénom qui fasse l’unanimité. Avant d’accueillir un heureux événement, on passe des mois entiers à se demander comment prénommer le fruit de ses entrailles. Quand on ne se torture pas l’esprit, une liste de prénoms de naissance à la main, on peut aussi céder à quelques chamailleries parentales quant au choix du prénom pour son futur enfant… Des affaires familiales délicates, qui se soldent parfois par un état civil par défaut. Si les prénoms étrangers peuvent passer pour fantaisies, ce n’est rien à côté du choix de ces parents originaux. Heureusement, les règlements de certains pays ont coupé court à leur imagination, pour le bien-être de leur progéniture vouée à un avenir patronymique difficile… Tous les prénoms ne sont pas bons à prendre.

1/ “Talula Does The Hula From Hawaii” (Talula Danse Le Hula d’Hawaï)

Ce nom de baptême anglophone signifie littéralement : “Talula fait la danse Hula d’Hawaï“… Un diminutif aurait suffi ! En 2008, les autorités américaines ordonnent que cette pauvre fillette de 9 ans se fasse rebaptiser en raison de son prénom à rallonge, jugé trop difficile à porter. On espère le second sobriquet plus sobre…

danse hawai hula plage
Crédits photo : Flickr

2/ “Oussama Ben Laden”, un des prénoms interdits par la loi les plus scandaleux

Un an après les attentats du 11 septembre 2001, un couple s’est vu refuser ce prénom musulman pour leur fils. On peut comprendre… Un hommage douteux à Allah ?

3/ “Vagina” et “Clitorine”, des prénoms de jumelles suggestifs, interdits par la loi belge

En 2009, ces jumelles belges de Charleroi ont échappé à ces prénoms féminins pour le moins suggestifs… Des parents un peu trop portés sur la chose ? Heureusement, les prénoms ont été rayés de la liste des registres.

4/ “Brfxxccxxmnpcccclllmmnprxvclmnckssqlbb11116”, un des prénoms les plus loufoques jamais interdits par la loi

Ce prénom, qu’il faut prononcer “Albin” a été refusé à des parents qui voulaient protester contre la rigidité des lois nationales… Ils ont par la suite souhaité l’appeler “A”, mais les autorités ont de nouveau refusé et l’enfant s’appelle finalement Jean. De jeunes parents contestataires qui font de leur enfant un objet politique. Moyen…

5/ “Bâbord” et “Tribord”, des prénoms de jumeaux interdits par la loi

Un couple (de navigateurs ?) aurait souhaité appeler leurs jumeaux “Bâbord” et “Tribord”, sans se soucier de l’avenir de leurs enfants… Un acte de naissance avorté pour le meilleur.

bateau en mer prénom
Crédits photo : Pexels.com

6/ “Fish” et “Chips”, des prénoms de jumeaux une fois de plus interdits par la loi

Ces prénoms masculins vont un peu trop loin… Heureusement, ceux-ci ont vite été refusés par les affaires familiales anglaises pour le cas de ces deux jumeaux.

7/ “Adolf Hilter”, un des pires prénoms interdits par la loi

En 2009, ce sont des parents du New Jersey qui n’ont pas pu baptiser leur fils Adolf Hitler. On comprend pourquoi ! Quand le choix dépasse les bornes du politiquement correct…

8/ “Point Final”

Les autorités néo-zélandaises refusent de baptiser un enfant du nom de “Point Final” (prénom anglais : “Full Stop”). On ne se demande pas pourquoi…

9/ “Titeuf”, un prénom français puéril pour ne jamais grandir

Les autorités jugent lors de l’annonce d qu’il faisait référence à un petit garçon un peu idiot d’une bande dessinée et que ce prénom puéril serait donc trop dur à porter par l’enfant. On imagine que jusqu’à 13 ans, ça passe, mais après, ça se corse…

10/ “Nutella”

À Valenciennes, c’est Ella qui a remplacé le prénom d’origine : Nutella… Ouf !

Tartine de Nutella prénoms interdits par la loi
Crédits : Wikimedia Commons


< /br>