10 anecdotes sur Nathalie Arthaud, la candidate de Lutte Ouvrière pour la présidentielle

6/ 500 parrainages, pas de problème pour Lutte Ouvrière !

Comment se fait-il qu’un petit parti doté d’un encrage électoral limité arrive facilement à réunir les 500 parrainages pour pouvoir se présenter aux présidentielles ? On doit cette rapidité, que d’autres partis jalousent, à une stratégie qui a fait ses preuves. La recherche de signatures commence des mois avant l’échéance et se concentre sur les maires indépendants. 8 000 militants sillonnent alors le pays. Même Nathalie Arthaud met la main à la patte pour convaincre les élus en partant en randonnée avec les plus réfractaires. La stabilité de Lutte Ouvrière est par ailleurs un autre avantage. En effet, la candidate du parti ne change pas d’un scrutin à l’autre, ce qui permet de développer un lien de longue durée avec les maires. En somme, il s’agit d’une belle maîtrise de cette règle électorale que Lutte Ouvrière est pourtant la première à dénoncer.

Nathalie Arthaud anecdotes
Crédits : Jeanne Menjoulet (CC BY 2.0)

7/ Le traditionnel « Travailleuses, Travailleurs »

Vous remarquerez que les discours de Nathalie Arthaud commencent très souvent par « Travailleuses, Travailleurs ». Ainsi, les destinataires des allocutions sont clairement identifiés : celles et ceux qui vendent leur force de travail pour subsister. Cependant, on ne doit pas la formulation à Nathalie Arthaud, mais à l’ancienne candidate de Lutte Ouvrière, Arlette Laguiller. Une tradition de meeting vieille de bientôt cinquante ans !

8/ Un communisme assumé, mais pas n’importe lequel

« Nous ne sommes pas contre les impôts et les taxes. Nous sommes pour les impôts et les taxes à condition que ce soit les plus riches, le grand capital qui les paye ! », a déclaré Nathalie Arthaud dans une interview. À Lutte Ouvrière, on assume le communisme jusqu’au bout, quitte à choquer sur les plateaux télé. Le parti s’identifie effectivement à la mouvance trotskiste. On vous épargne les détails techniques, mais cette philosophie politique marxiste (qui découle des écrits de Karl Marx) a une vision internationale de la révolution. Elle s’oppose aussi à la centralisation autour de la bureaucratie d’un seul État comme cela a été le cas dans l’U.R.S.S. de Staline.

Nathalie Arthaud affiche campagne
Crédits : Lutte Ouvrière

9/ Florilège des questions qu’on ne pose qu’aux candidates

Parmi les anecdotes concernant les candidates à l’élection présidentielle, Nathalie Arthaud n’échappe pas aux questions des journalistes réservées aux femmes politiques. À plusieurs occasions, elle s’est donc expliquée sur sa situation matrimoniale ou sur son souhait de ne pas avoir d’enfant. Par ailleurs, si les médias ont évidemment comparé Nathalie Arthaud à Arlette Laguiller au niveau des idées, des journalistes y sont également de leurs commentaires sur leur ressemblance physique (cela doit être les cheveux courts). L’ancienne ténor de Lutte Ouvrière a ainsi eu son lot de questions déplacées. Il faut dire que cela n’était pas banal dans les années 70 de voir une femme politique sans maquillage.

10/ Les différences avec le Nouveau Parti Anticapitaliste

Entre les petites formations d’extrême gauche, il est parfois difficile de s’y retrouver. Le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) et Lutte Ouvrière en sont les parfaits exemples. Tous deux communistes, ils visent la chute du système capitaliste après une révolution des prolétaires. Toutefois, le NPA élargit ses combats à l’écologie, à l’antiracisme ou encore au féminisme. Lutte Ouvrière reste quant à elle concentrée sur la libération des masses laborieuses. Les différences sont aussi stratégiques. Par exemple, le NPA ne souhaite pas présenter toujours la même personne aux élections présidentielles, contrairement à Lutte Ouvrière. Ces différences peuvent paraître anodines pour les non-initiés, mais pour les mouvements derrière Nathalie Arthaud et Philippe Poutou, elles justifient deux candidatures.