in

Les 10 dictateurs les plus meurtriers de l’histoire de l’Humanité : le plus « sanguinaire » n’est peut-être pas celui que vous pensez

Crédits : La Liste, Floriane Bourrelly

L’histoire montre que certains dirigeants sanguinaires ont su prendre le pouvoir de toute une nation, voire de plusieurs, afin d’y faire régner la terreur. La vie des autres n’avait pour eux aucune valeur tant qu’ils pouvaient atteindre leur objectif : la puissance absolue. Voici la liste des dix chefs d’État, ou devrions nous dire des dictateurs, les plus meurtriers de l’histoire.

10/ Mohammed Suharto

Cet ancien président indonésien est réputé pour sa farouche politique anticommuniste. Fidèle alliée des États-Unis durant la Guerre froide, sa dictature a causé la mort de 1,5 million de personnes en 31 ans de règne.

Une année avant son arrivée au pouvoir en 1965, alors qu’il était un général de l’armée indonésienne, Suharto organise un des plus grands massacres du XXe siècle. Son objectif est simple : éliminer le PKI, le parti communiste indonésien, le troisième en termes d’importance dans le monde après ceux de l’URSS et de la Chine. Suharto et ses hommes y parviennent avec le soutien actif des États-Unis. Le bilan est dramatique. Ces massacres ont en effet causé un million de morts.

Mohammed Suharto peci dictateurs sanguinaires meurtriers dirigeants histoire
Mohammed Suharto en 1998 (crédits : domaine public)

9/ Kim II-sung

Kim II-sung est le fondateur et le premier dirigeant de la Corée du Nord, dont il a été le président jusqu’à sa mort. Lié au décès de plus ou moins 1,6 million de personnes, il n’est autre que le grand-père de Kim Jong-un, le dictateur actuel du pays qui continue à prendre le monde en otage avec ses essais de bombes nucléaires.

Le « Président éternel de la République » tient le pays dans un état d’isolement et impose de multiples interdictions aux Nord-Coréens. Kim II-sung est en outre responsable entre autres de purges, de la création de camps de concentration et d’une politique autoritaire qui n’admet aucune critique. Statues, chansons, poèmes, livres, affiches… le culte de la personnalité de Kim II-sung est hors norme. La biographie fantasmée de ce dictateur sanguinaire est faite d’actes d’héroïsme et d’évènements surnaturels frisant le ridicule pour un regard extérieur. Son fils Kim Jong-il reprend les rênes du pays formant ainsi la première dynastie communiste de l’histoire.

8/ Saddam Hussein

Au pouvoir en Irak, Saddam Hussein n’hésite pas à faire tuer tous ses opposants : chiites, sunnites, kurdes, chrétiens, koweïtiens, kurdes, saoudiens, iraniens… Le nombre effroyable de ses victimes est estimé à 2 millions de personnes.

Il aura fallu attendre la deuxième guerre de Golf pour que prenne fin le règne meurtrier du Raïs. À la suite de sa capture par l’armée américaine, Saddam Hussein est en effet condamné à la peine capitale par le Tribunal spécial irakien. Il est pendu dans la foulée le 30 décembre 2006 dans la banlieue de Bagdad. Le pouvoir irakien essaie depuis de récupérer la fortune amassée par le dictateur après ses exactions. Son énorme trésor se cache derrière des montages financiers complexes établis dans des paradis fiscaux à travers le monde.

Saddam Hussein dirigeants sanguinaires Irak dictateurs meurtriers histoire
Saddam Hussein lors de son procès (crédits : domaine public)

7/ Pol Pot

En tant qu’ancien chef des Khmers rouges et du Parti communiste du Kampuchéa, Pol Pot est à l’origine du génocide cambodgien. L’épuration de son propre peuple a coûté la vie à environ 2,5 millions d’individus en quelques années. Soit 20 % de la population cambodgienne. S’il avait régné plus longtemps, Pol Pot aurait pu figurer dans les premières places de cette liste des dictateurs les plus meurtriers de l’histoire.

Vidage de villes entières vers des communautés rurales, chasse impitoyable aux élites, internement dans des camps de travail… La dictature de Pol Pot a été d’une brutalité édifiante. Le recours systématique des Khmers rouges à la torture est symptomatique de ce régime sanguinaire. Pour mettre fin à des supplices inimaginables, les supposés opposants livraient alors aux tortionnaires les noms de proches. Ceux-ci étaient interrogés à leur tour et donnaient d’autres noms à bout de force. Ce cercle vicieux participa à l’autodestruction du Cambodge en à peine 4 ans.

6/ Enver Pacha

Enver Pacha est considéré comme l’un des principaux organisateurs du génocide des Arméniens qui a eu lieu pendant la Première Guerre mondiale. Il était alors le ministre de la guerre de l’Empire ottoman. Il est responsable du décès de 2,5 millions de personnes.

Pendant le génocide, débuté en 1915, deux tiers des Arméniens de l’Empire ottoman ont trouvé la mort. Le ministre de l’Intérieur d’Enver Pacha, le non moins sanguinaire Talaat Pacha, a écrit un télégramme pour encourager les exactions : « Le gouvernement a décidé de détruire tous les Arméniens résidant en Turquie. Il faut mettre fin à leur existence, aussi criminelles que soient les mesures à prendre. Il ne faut tenir compte ni de l’âge ni du sexe. Les scrupules de conscience n’ont pas leur place ici ».

Enver Pacha (crédits : domaine public)

5/ Hideki Tojo

À la fois Premier ministre et ministre de l’Armée impériale japonaise, Hideki Tojo a été déclaré coupable de nombreux crimes de guerre au cours de la Seconde Guerre mondiale. Près de 5 millions de personnes auraient été tuées sous ses ordres.

Après la capitulation japonaise, Hideki Tojo tente de se suicider alors que la police militaire encercle sa maison. Cependant, la balle loupe son cœur de justesse. Accompagnés de journalistes, des soldats américains parviennent à le sauver. Celui qui est appelé le Hitler japonais est jugé pour ses crimes parmi les plus horribles de l’histoire de l’Humanité. Hideki Tojo est pendu en 1948.

4/ Léopold II de Belgique

Le deuxième Roi des Belges est lié à la mort de près de 15 millions de personnes, notamment à cause de la colonisation du Congo et des méthodes employées pour asservir la population locale : (massacres, mutilations, esclavage…). Le pays a été littéralement la « possession personnelle » du souverain.

Pendant le règne de Léopold II, les Congolais se voient imposer des quotas drastiques de production de caoutchouc. La mort ou l’amputation des travailleurs est le prix à payer en cas de mauvaise récolte ou de révoltes. Les soldats envoyés au Congo profitent d’un service militaire raccourci s’ils rapportent davantage de mains coupées que leurs camarades… Un des trop nombreux exemples de la barbarie permise par Léopold II de Belgique.

Léopold II Roi des Belges
Léopold II de Belgique (crédits : domaine public)

3/ Adolf Hitler

Aussi surprenant et effroyable que cela puisse paraître, Adolf Hitler ne se trouve qu’à la troisième place de cette liste des dictateurs les plus meurtriers de l’histoire avec un nombre abominable de 17 millions de personnes tuées.

La Shoah est sans doute le crime le plus abject du Führer. Toutefois, l’épuration ethnique des Juifs d’Europe s’accompagne aussi de celles de Tsigane, des homosexuels, des handicapés… En outre, de nombreux individus ont péri dans les camps de travaux forcés du Troisième Reich et dans les combats déclenchés par la soif de pouvoir d’Adolf Hitler lors de la désolation de la Seconde Guerre mondiale.

2/ Joseph Staline

La deuxième place de podium est attribuée au célèbre dirigeant communiste, Joseph Staline. Le Père des peuples est à l’origine de famines, de déportations, d’exécutions… ayant causé plus de 30 millions de morts.

Purges, goulags et enrôlement de force dans l’armée ne sont que des éléments parmi d’autres ayant fait de Joseph Staline un des dictateurs les plus tristement meurtriers de l’histoire. La collectivisation imposée des terres agricoles est un autre visage édifiant de la dictature du Tyran rouge. Elle débouche notamment sur une famine en Ukraine menant à plusieurs millions de morts. L’URSS n’a rien fait pour l’empêcher. Les autorités soviétiques l’auraient même encouragée.

1/ Mao Zedong

Le plus meurtrier des dirigeants n’est autre que Mao Zedong, le fondateur de la République Populaire de Chine. Le bilan du Grand Timonier est à peine concevable avec près de 80 millions de personnes tuées. Soit l’équivalent de la population actuelle en Turquie ou en Allemagne.

Certaines décisions de Mao ont eu des répercussions dramatiques sur la Chine. Le Grand Bond en avant, une politique nationale de modernisation à marche forcée, a abouti par exemple à la famine la plus meurtrière causée par l’Homme. La révolution culturelle voulue par Mao a débouché quant à elle sur des massacres et des arrestations dans tout le pays.

Portrait de Mao Zedong sur la Cité interdite à Pékin (crédits : PublicDomainPictures / Pixabay)