10 anecdotes et secrets de tournage derrière le film La colline a des yeux

Crédits: Captures Pinterest intégrées dans l'article/Montage : La Liste

C’est le finaliste surprise du tournoi d’Halloween et le seul film en partie français parmi les participants. Durant tout le mois d’octobre, vous l’avez préféré à Scream, The Descent, ça, et Freddy, avant qu’il ne s’incline devant L’Exorciste. Malgré son échec, l’excellent remake de La Colline a des yeux a bien le droit à une liste de secrets de tournage ! C’est ainsi que nous vous proposons ici 10 anecdotes et petites histoires autour du film du duo français Alexandre Aja et Gregory Levasseur.

1/ Le remake

La Colline a des yeux a été réalisé en 1977 par un des maîtres du genre, Wes Craven. C’est après avoir vu les remakes de Amithyville et de Massacre à la Tronçonneuse que l’auteur de Scream a envisagé de faire une nouvelle version d’un de ses classiques. Il est donc parti avec son équipe à la recherche d’un réalisateur pour le projet.

2/ Un duo français

Après avoir été terrifié par le très remarqué film français Haute Tension, Wes Craven proposa à son réalisateur Alexandre Aja de refaire La Colline a des yeux. Celui-ci accepta le projet avec son collaborateur de toujours Gregory Levasseur. Par la suite, le duo s’occupa d’autres remakes comme Piranha 3-D ou Maniak.

3/ Lieux de tournage

Pour le tournage, le désert de l’originale n’était plus utilisable, car des bâtiments ont été construits à son emplacement. D’autres lieux ont donc été envisagés pour remplacer le Nouveau-Mexique où se situe l’histoire originale, comme l’Afrique du Sud ou la Namibie. Malgré la peur d’attaque terroriste, la production accepta la proposition d’Aja et de Levasseur de localiser le film à Ouarzazate au Maroc.

4/ Un travail de recherche

Le duo a entrepris de nombreuses recherches sur les dégâts corporels dus à la radioactivité. Ils se sont notamment documentés sur Hiroshima et Tchernobyl. Ce travail leur a permis de créer la famille de mutants en se basant sur les déformations des victimes de ces catastrophes nucléaires.

5/ Le casting

Les choix du casting ont été orientés par la volonté d’avoir des acteurs capables d’être les plus naturels possible devant la caméra. C’est pourquoi les mutants sont joués par des cascadeurs habitués au genre horrifique.