Immobilier : 10 villes de France où il fait bon acheter mais pas louer !

Crédits : Unsplash/Montage : Laliste.net

6/ Toulouse

On évalue le loyer médian pour un studio dans la ville rose à 380 euros, contre 495 euros pour un deux-pièces. Les investisseurs les plus tatillons privilégieront certains quartiers cotés comme l’hypercentre, Saint-George, Rangueil ou encore Saint-Étienne.

loyers les plus chers
Crédits photo : Flickr

7/ Bordeaux

À Bordeaux, louer un studio coûte la (modique ?) somme de 453 euros, un deux-pièces 595 euros. Mais à vous les cannelés à tous les petits-déjeuners !

8/ Toulon

Le loyer médian à Toulon est de 406 euros pour la location d’un studio, et de 560 euros pour la location d’un deux-pièces.

9/ Nantes

La cité des ducs de Bretagne a de quoi être attractive : métropole à échelle humaine, cadre de vie agréable avec proximité de la mer, patrimoine historique ancien qui se traduit dans l’architecture, les habitants de Nantes ont tout à gagner à s’y installer ! Et niveau loyer, l’immobilier reste encore raisonnable, même si cette ville de l’Ouest figure au classement (autour de 11 euros le mètre carré) : 387 euros pour un studio contre 500 euros pour un deux-pièces.

10/ Grenoble

La capitale des Alpes compte parmi les petites provinciales aux loyers les plus chers de France. Avec les montagnes comme arrière-plan, on peut bien faire un petit effort financier ! Pour la “modique” somme de 397 euros, vous serez heureux locataire d’un studio. En ajoutant une centaine d’euros, vous aurez la chance de loger dans un deux-pièces (554 euros en moyenne). Les skis ne sont pas livrés avec…

loyers les plus chers
Crédits photo : Pixabay

Articles liés :

Belles demeures : 10 maisons que personne ne veut acheter, même à moins de 200 euros

Les 12 pires installations et objets retrouvés dans des maisons et appartements

Les joies de la colocation : 20 messages ou mises en scène de colocataires à mourir de rire