6 légendes urbaines japonaises à vous glacer le sang

Crédits : hirenman69-BBuilder/istock

Vous en rêviez depuis longtemps et enfin vous partez en voyage au Japon. Mais une fois que vous vous arrêtez seul.e aux toilettes, une étrange voix fantomatique vous pose une question au travers de la paroi… Attention ! Il vous faut absolument dire la bonne réponse, sinon… Dans cette liste, nous vous dirons quoi dire à ces fantômes qui hantent les w.-c. publics ou les rues nippones, ainsi que les choses à ne pas faire afin de ne pas froisser les mauvais esprits du pays du soleil levant. Retenez bien ces légendes urbaines japonaises, car elles vont vous sauver la vie et vous éviter bien de douloureux tourments.

1/ L’enfer de Tomino

Vous pouvez lancer la vidéo à la suite de ce point pour vous mettre dans l’ambiance. Si vous lisez le poème « L’enfer de Tomino » à haute voix, il vous faudra assumer vos actes. Les vers qui le composent sont effrayants et renferment une terrible malédiction. Ils racontent l’histoire du jeune Tomino et de sa famille. On apprend que sa plus jeune sœur vomit du sang et la plus âgée du feu. Quant au petit Tomino, c’est des billes de verres qu’il rend. En lisant, on se rend compte que c’est en enfer que réside le jeune garçon.

Pourquoi ? Suivant les interprétations, Tomino aurait tué ses parents et ses sœurs le punirent en le flagellant de mille tourments. Plusieurs internautes nippons se sont filmés en récitant le sinistre poème. Certains n’ont jamais plus donné de nouvelles après avoir posté la vidéo… Si vous voulez tenter votre chance, il vous faudra réciter le poème en japonais. Donnez-nous des nouvelles… si vous le pouvez !

2/ Gozu

Peu de détails sont disponibles concernant cette histoire qui implique un effrayant esprit à la tête de vache nommé Gozu. Cela vient du fait que parmi les légendes urbaines japonaises, celle-ci est si horrible et traumatisante, que celles et ceux qui la racontent ou l’entendent sont instantanément damnés. Cependant, on a rapporté une histoire terrible d’un professeur japonais qui a tenté de la dire afin de calmer les enfants qu’il surveillait dans un bus. Dès que le maître commença à raconter la légende urbaine, les élèves le supplièrent de s’arrêter, mais c’était déjà trop tard !

À mesure que la voix de l’adulte égrainait les sombres détails tortueux de l’histoire de Gozu, ses yeux commençaient à convulser en des mouvements circulaires de plus en plus déments. Ce n’était plus un professeur d’école qui racontait une histoire pour faire peur aux enfants, mais un corps habité par une force si obscure, si malsaine, qu’elle contrôlait à présent l’intégralité des muscles de l’homme. Quant à son esprit… nous n’osons imaginer quelle infâme litanie chuchotée par d’odieux démons pouvait corrompre autant l’esprit du maître.

histoire peur effrayantes nipponne
Crédits : Lars-Forsstedt/istock

Après avoir achevé l’histoire de Gozu, le professeur reprit ses esprits. À nouveau calmes, ses yeux regardèrent partout autour de lui. Il ne put donner un sens au chaos dans lequel il baignait alors. Le bus s’était crashé et les corps convulsés de ses élèves jonchaient le sol. De la mousse épaisse s’échappait de leur bouche à l’agonie.

3/ La salle rouge

Avez-vous déjà eu un étrange pop-up rouge surgir sur votre écran d’ordinateur ? On ne pense pas, car sinon vous ne seriez pas là pour lire cet avertissement. En effet, le malheur s’abat sur celles et ceux qui aperçoivent cette fenêtre maudite qui s’ouvre sur une chambre rouge aux murs couverts de signes japonais.

Les idéogrammes qui sont visibles vous demanderont « ESt-ce quE Tu AiMes… ? ». N’essayez pas de fermer le pop-up… c’est inutile, car votre sort n’est déjà plus entre vos mains. La suite du message dit : « ESt-ce quE Tu AiMes lA SAlle RouGE ? ». À la suite de la funeste question, une série de noms sont égrainés . Sur la dernière ligne, c’est le vôtre que vous lirez et votre sang ira rejoindre celui des précédentes personnes dont vous avez lu les noms sur les murs de la salle rouge.

Crédits : Pixabay