10 Parasites dangereux qui peuvent contaminer l’être humain

parasites-dangereux-mix

Hypocondriaques, s’abstenir ! La contamination de certains de ces dangereux parasites peut être létale pour le corps humain. Mais rassurez-vous, pour la majorité, les cas sont très rares. Même si pour certains d’entre eux, les maladies et les infections qu’elles entraînent peuvent être douloureuses et peu agréables…  

1/ Loa loa

Un centimètre par minute, c’est la vitesse du Loa loa sous la peau de son hôte. On arrive à l’extraire le plus facilement quand le parasite se trouve au niveau de l’œil de la victime. Miam ! On le trouve en Afrique, mais il reste peu létal sauf en cas de complications cardiaques et/ou cérébrales.

2/ Echinococcus multilocularis

Vicieux et dangereux, ce ver parasitaire ne s’intéresse pas à première vue aux humains, mais aux renards. Toutefois, ces vers peuvent représenter un réel danger pour nous. Notamment par ingestion d’aliments souillés de leurs déjections. L’œuf du parasite, de quelques dizaines de micromètres, s’installe alors dans le corps humain. Dans ses formes les moins bénignes, entre cinq et quinze ans après la contamination, un cancer se déclare dans le foie. Une bonne hygiène alimentaire, la cuisson ou la congélation à -80 °C restent des moyens efficaces pour se prémunir de ces dangereux parasites qui restent très surveillés sous nos latitudes.

3/ Trypanosoma brucei

Derrière ce nom barbare se cache la fameuse maladie du sommeil transmise par la mouche Tsé-tsé, un autre insecte qu’on n’aimerait pas croiser ! Ce n’est donc pas elle qui est directement responsable de la maladie, mais elle en est tout de même le vecteur. En effet, la mouche transporte le parasite après un repas de sang d’un·e hôte infecté·e à un·e autre sain·e. La maladie dans son deuxième stade, le plus dangereux, entraîne des troubles du sommeil qui se manifestent par des insomnies le soir et des fatigues intenses la journée. De plus, les parasites causent des troubles de la coordination et mentaux. La maladie peut être à terme mortelle.

4/ Vandellia cirrhosa

Vous le connaissez peut-être sous son petit nom de “Poisson-vampire”. Oui, vous savez, ce poisson attiré par l’urine, qui loge ses piques dans l’urètre de son hôte ou d’autres orifices. Ce suceur de sang et mangeur de chair morte se fixe généralement aux bronches des poissons qu’il chasse. Il meurt généralement au cours de l’opération et la chirurgie s’avère nécessaire pour l’extraire. Mais rassurez-vous… Pour certains spécialistes, sa réputation est exagérée et il ne s’attaque que très rarement aux êtres humains. Mais personne ne tient vraiment à vérifier…

5/ Naegleria fowleri

On trouve cette amibe mangeuse de cerveau dans les eaux douces chauffées (lac, piscine, rivière). Une fois dans une paroi nasale, elle peut déclencher une méningo-encéphalite amibienne primitive. Cette infection est foudroyante (1,5% des malades s’en sortent), mais reste relativement rare (200 cas en 2007 depuis la découverte de l’infection en 1909). Les bains romains en ruine et les piscines mal entretenues (le chlore tue l’amibe) sont des environnements propices à son développement. Sinon, le masque de plongée reste une solution pour les plus hypocondriaques d’entre vous !