in ,

5 anecdotes insolites sur les rois de France

Une caricature montrant un révolutionnaire qui ramène Louis XVI (1792 - auteur anonyme)

Dans son histoire, La France a connu plus de soixante rois. Parmi ces têtes couronnées, il y avait des dirigeants sanguinaires, des esprits brillants et des originaux plus ou moins bien lunés. Dans cet article, ce sont ceux de la dernière catégorie qui vont nous intéresser. Les petites bizarreries des souverains sont souvent savoureuses comme vous le verrez et parfois, c’est plutôt leur destinée qui ne manque pas de panache. Voici 5 anecdotes insolites sur les rois de France que l’on ne vous a sans doute pas racontées en cours d’histoire.

1/ Un souverain à la forte haleine

Henri IV (règne de 1589 à 1610) avait bon appétit. Ce qu’il aimait par-dessus tout, c’était les oignons et l’ail. Il demandait en effet à ses cuisiniers d’en mettre partout. Pour le goûter, il voulait une tartine à l’ail et le soir, une soupe à l’oignon. Et à en croire Tallemant des Réaux, ses maîtresses s’en plaignaient. L’écrivain du 17e siècle avait en effet rapporté les paroles d’une de ses favorites qu’elle aurait prononcées à Henri IV en personne : « Ah ! Sire qu’il vous prend bien d’être roi, sans cela on ne pourrait vous souffrir, car vous puez comme charogne. »

roi mort insolite
Henri IV (1605 – Jacob Bunel)

2/ Attention la tête

Alors qu’il accompagnait sa femme pour assister à un jeu de paume, le roi Charles VIII (1483-1498) se cogna au linteau en pierre d’une porte basse de sa demeure, le château d’Amboise. Sonné, mais pas inconscient, il alla s’installer pour regarder le spectacle. Charles VIII commenta la partie avec ses voisins. Un long moment plus tard toutefois, il se mit à chanceler, puis perdit connaissance.

Plusieurs fois, Charles VIII sortit du coma pour bredouiller quelques mots avant de s’éteindre à nouveau. Après neuf heures couché dans la salle de jeu, le roi mourut. Sans que l’on sache pourquoi, ses docteurs ne l’avaient pas amené s’aliter. Les éléments en possession des historiens leur ont permis d’établir les raisons de son décès : un AVC après un violent traumatisme crânien.

3/ Le roi Dagobert a-t-il vraiment mis sa culotte à l’envers ?

Réponse courte : non, du moins, nous n’en avons aucune preuve. Pour une plus longue réponse, il ne faut pas revenir au règne de Dagobert 1er (629-639), mais à celui de Louis XVI (1774-1791). Dans la société de l’Ancien Régime, la rumeur courait que Louis XVI était simplet. La population aimait rire de lui. Toutefois, elle raffolait bien moins du cachot. De ce fait, ses sujets inventèrent une comptine pour se moquer de leur souverain sans risquer de finir leur vie en prison. C’est ce pauvre Dagobert 1er qui fut choisi comme roi de substitution !

anecdotes insolites rois de France
Une caricature montrant un révolutionnaire qui ramène Louis XVI (1792 – auteur anonyme)

4/ Les couronnements des rois de France à Reims, un réservoir d’anecdotes insolites

31 rois de France ont été couronnés à la cathédrale Notre-Dame de Reims. Parmi eux, certains ont marqué davantage les esprits que d’autres :

  • Quand on posa l’imposante couronne sur sa tête, Louis XVI eut ces mots : « elle me gêne ». On ne sait pas s’il parlait de son nouvel attribut ou de sa tête, car le monarque finit ironiquement décapité.
  • Henri III (1574-1589) était une fashion victim. Il retarda la messe de son couronnement jusqu’au soir (du jamais vu à l’époque), le temps d’incruster lui-même des pierres précieuses sur ses vêtements d’apparat et ceux de la future reine, Louise de Lorraine. Ce jour-là, Henri III changea même sept fois d’habits.
  • Le couronnement à Reims conférait aux rois le pouvoir de guérir les bubons purulents. Cette croyance fait des rois de France les seuls monarques thaumaturges d’Occident.
  • Dès Charles IX (1560-1574), une étrange tradition s’installa. Le matin du sacre, on allait réveiller le futur roi qui faisait semblant de dormir.

5/ Parfois, il faut écouter les conseils des autres

Au rayon des anecdotes insolites impliquant des rois de France, comment ne pas mentionner un autre décès notable ? Ce fut lors d’une joute que Henri II (1547-1559) reçut une écharde dans l’œil, propulsée à l’intérieur de son casque après la destruction d’une lance. Pour le sauver, l’opération s’annonçait délicate. On fit venir des chirurgiens des quatre coins d’Europe.

Devant l’importance de la tâche et la pression ressentie par les praticiens (sauver un roi, ce n’est pas rien), les docteurs s’entraînèrent sur des condamnés à mort, en vain néanmoins ! Henri II passa l’arme à gauche une dizaine de jours plus tard dans des souffrances épouvantables. Pourtant, on l’avait prévenu de se tenir loin des tournois (son destrier s’appelait « Malheureux » après tout). Nostradamus avait plutôt eu de la chance en lui prédisant :

« Le lion jeune le vieux surmontera.
En champ bellique par singulier duelle,
Dans cage d’or les yeux lui crèvera,
Deux plaies une, puis mourir mort cruelle. »