in ,

8 anecdotes historiques et faits scientifiques étonnants sur les arcs-en-ciel

Crédits: Captures Pinterest intégrées dans l'article/Montage : La Liste

Les arcs-en-ciel ont fasciné les personnes qui les ont observés à travers les âges. Comme les étoiles filantes ou les aurores boréales, ils témoignent de la beauté de la nature. Ces phénomènes optiques nous ont d’ailleurs inspiré de nombreuses légendes fabuleuses, et malgré leur fréquence assez commune, on s’arrête toujours quelques instants pour les admirer. Voyons dans cette liste, quelques faits physiques et anecdotes historiques que vous ignoriez sans doute sur ces magnifiques manifestations naturelles que sont les arcs-en-ciel.

1/ Mythes et légendes

Avant qu’on arrive à décrypter les rouages optiques qui expliquent la formation des arcs-en-ciel, ces derniers étaient à l’origine de nombreuses croyances. Ils étaient souvent vus comme des ponts entre notre réalité et un monde divin. Dans la mythologie grecque par exemple, la messagère des dieux Iris empruntait un arc-en-ciel pour descendre de l’Olympe sur terre. Selon la fameuse légende irlandaise du leprechaun, les extrémités inaccessibles des arcs-en-ciel montrent l’endroit où les farfadets cachent leur chaudron rempli d’or.

2/ L’explication scientifique

On doit la compréhension du phénomène optique derrière la formation des arcs-en-ciel à René Descartes en 1637. Ce dernier a en effet redécouvert les lois de la réfraction des ondes. Les gouttes d’eau de pluie agissent ainsi comme des prismes qui réfléchissent et décomposent la lumière du soleil en plusieurs spectres de couleurs.

3/ Une ou trois couleurs ? Une controverse grecque

Si aujourd’hui, il est communément admis qu’un arc-en-ciel est composé de sept couleurs, dans le passé, ce n’était pas vraiment le cas. Dans l’antiquité, les Grecs n’étaient en effet pas du tout d’accord. Pour Homère, le violet demeurait être l’unique couleur qui constituait un arc-en-ciel ! Né aux alentours de 570 av. J.-C., le philosophe et scientifique Xénophane en ajouta deux autres : du rouge et du jaune-vert. Aristote alla dans son sens en affirmant qu’il ne pouvait pas y avoir d’autres couleurs que ces trois-là.

4/ Plutôt quatre couleurs… Et peut-être même cinq !

Durant la Renaissance, on continua à discuter du nombre de couleurs composant l’arc-en-ciel. Les observateurs de l’époque se dirent qu’il y en avait quatre : bleu, vert, jaune et rouge. Toutefois, au 17e siècle, on changea un peu d’avis. On observa alors cinq nuances : violet, bleu, vert, jaune et rouge. Enfin, Isaac Newton mit tout le monde d’accord en 1666. Il ajouta l’orange et l’indigo pour arriver aux fameuses sept couleurs de l’arc-en-ciel que nous connaissons tous… tout du moins en occident, car en Chine, on n’en distingue aujourd’hui que cinq !