Les insalubres et révoltantes maisons-cercueils de Hong Kong

Crédits: Captures Pinterest intégrées dans l'article/Montage : La Liste

Ville parmi les plus chères du monde selon The Economist en 2020, Hong Kong est une mégalopole tentaculaire de 7,5 millions d’habitants. Si la population riche trouve son compte dans le cadre privilégié offert par l’ancienne colonie britannique, les moins nantis doivent composer avec une vie onéreuse. Cela se traduit par le phénomène des maisons-cercueils où s’entassent, dans une poignée de mètres carrés, les petites mains qui servent à faire tourner Hong Kong. Plongeons aux cœurs de leur quotidien avec cette liste glaçante de photos de leur habitation.

1/ Les maisons-cercueils

Si les fameux hôtels capsules du Japon peuvent être luxueux, à superficie équivalente, les maisons-cercueils de Hong Kong sont quant à elles insalubres. Ces locations illégales sont souvent entassées dans de grands appartements divisés en un maximum de cabines afin d’en tirer le plus d’argent possible.

2/ 1,36 million de personnes dans la pauvreté

Les chiffres donnent le tournis. Un Hongkongais sur cinq vivait dans la pauvreté en 2016. Parmi eux, autour de 200 000 habitent dans ces logements insalubres. Sans fenêtre ni accès à l’air extérieur, il n’est possible à l’intérieur que de s’allonger dans des couchettes souvent infestées de punaises de lit.

3/ Une condamnation de l’ONU

L’ONU a formellement dénoncé et condamné cette pratique « d’insulte à la dignité humaine ». Et le phénomène est massif, car on dénombre à Hong Kong 88 000 appartements renfermant des maisons-cercueils. En outre, les personnes âgées occupent souvent ce type de logement, car ils ne disposent plus assez d’argent une fois à la retraite.

4/ De 150 à 250 euros par mois

La location se situe entre 150 et 250 euros par mois, ce qui peut paraître bon marché face au prix moyen du mètre carré à Hong Kong qui s’élève à 13 400 euros. Toutefois, la somme demeure toujours monstrueuse et scandaleuse pour l’espace offert !

5/ Des conditions insalubres

Dans des conditions dégradantes, les toilettes sont partagées entre les différents locataires des maisons-cercueils. Les propriétaires peu scrupuleux profitent du contexte immobilier tendu et de la vulnérabilité des plus pauvres pour imposer leur prix exorbitant.

What do you think?