Baignade interdite : Les 9 méduses les plus dangereuses et venimeuses

©Captures Pinterest intégrées dans l'article/Montage : La Liste

Rôdant dans les mers et les océans, certaines espèces de méduses comptent parmi les animaux les plus venimeux et dangereux pour les êtres humains. Si vous n’en étiez pas encore sûr, cette liste de 10 espèces va finir de vous en convaincre. Nous ne sommes pas certains que vous retournerez à la plage après…

9/ La méduse lune

Le danger que représentent les méduses communes (ou lune) ne se situe pas réellement au niveau de leur piqûre. Le problème réside plutôt dans le fait qu’elles peuvent être présentes en grand nombre, troublant la tranquillité des baigneurs et le travail des pêcheurs. En outre, elles peuvent être problématiques pour les centrales nucléaires situées en bords de mer, car elles perturbent les sorties et arrivées d’eau pour refroidir les réacteurs notamment.

8/ Chrysaora fuscescens

Rarement dangereuses, les piqûres de la chrysaora fuscenscens n’en restent pas moins douloureuses (il est conseillé de rincer la zone avec du vinaigre). Par ailleurs, son gabarit la rend plutôt inquiétante. En effet, cette méduse peut atteindre un mètre de diamètre et possède des tentacules d’une longueur pouvant dépasser les quatre mètres.

7/ La méduse boulet de canon

La toxine qu’elle sécrète peut provoquer de petites brûlures, notamment aux yeux. En outre, les piqûres des méduses boulet de canon peuvent être dangereuses. En effet, elles sont susceptibles de déclencher un arrêt cardiaque dans de rares cas.

6/ La méduse à crinière de lion

Cette espèce est plus impressionnante que dangereuse, même s’il faut rester prudent ! En effet, les piqûres de la méduse à crinière de lion peuvent être létales si vous avez des allergies ou des problèmes cardiaques. Elle peut en outre atteindre une taille gigantesque : un diamètre de trois mètres et des tentacules de 30 mètres. Gloups !

5/ Chiropsalmus quadrumanus

Les piqûres douloureuses de cette méduse peuvent tuer en plusieurs dizaines de minutes en entraînant une détresse cardiovasculaire. De plus, si l’on survit, l’éruption cutanée laissée après son contact peut durer plusieurs mois. Si vous avez besoin d’être (un peu) rassuré, sachez que vous avez peu de chances de la croiser, sauf si vous vous trouvez dans les eaux du continent américain.