11 phrases toutes prêtes pour clouer le bec aux climato-sceptiques

7/ “Les températures n’augmentent plus depuis 1998”

Réponse : Comparer les données sur une seule année n’a pas de solidité statistique. Ce n’est pas en quelques années qu’on peut évaluer le phénomène, mais sur une période d’au moins 30 ans.

8/ “Ce n’est pas à nous de trouver des solutions, mais aux politiques et aux industriels”

Réponse : Pourtant, nos achats sont des votes : en mangeant bio, local et de saison par exemple, je demande à avoir une offre de produits bio, locaux et de saison, qui crée un marché auquel l’offre va s’adapter. En mettant votre euro au bon endroit, vous décidez du monde dans lequel vous voulez vivre.

9/ “Fixer des limites d’émission de CO2 est un gouffre financier, économiquement parlant”

Réponse : Le coût d’une action est minime comparé au prix que l’on aura à payer si on ne fait rien.

10/ “L’écologie tue des millions d’emplois”

Réponse : On ne doit pas avoir les mêmes sources. Selon le bureau européen de l’environnement, pour un emploi actuel dans l’industrie de l’élimination des déchets, c’est 10 emplois que l’on crée dans l’industrie de la réutilisation. Et 100 emplois supplémentaires si l’on repense l’ensemble du système. Il aurait même été estimé que les filières “réutilisation et réparation” créent 850 000 emplois d’ici 15 ans en Europe. Soit un jeune sur 6 remis au boulot !

11/ “Je ne trie pas mes déchets car ils mettent tout dans le même bac”

Réponse : Vous avez raison, le recyclage et l’enfouissement sont loin d’être la solution, qui serait de ne plus rien jeter. Mais il est une légende urbaine de croire que le tri sélectif n’est pas respecté par les camions qui viennent vous décharger. Même si certains emballages trop sales peuvent être parfois refusés.

Sources : Réseau Action Climat France / La Famille Presque Zéro Déchet, Ze Guide, Thierry Souccar Editions
11 phrases toutes prêtes pour clouer le bec aux climato-sceptiques
noté 5 - 1 vote