18 anecdotes et faits insolites sur Nutella qui ne manqueront pas de vous donner faim

5/ D’une composition solide à liquide en raison d’une canicule

Selon la légende colportée par l’entreprise Ferrero, c’est la canicule de 1949 qui aurait donné au Nutella sa consistance de pâte à tartiner. À cette époque, seuls des blocs de glace permettaient de garder le Giandujot au frais dans le frigo des confiseries. Or, il aurait été impossible cet été-là de garantir une température suffisamment basse. Michele Ferrero aurait alors décidé de vendre le Giandujot sous la forme liquide et son succès fut immédiat !

6/ Un nom inventé à cause d’une loi italienne

La famille Ferrero décide en 1951 de rebaptiser sa pâte à tartiner « Supercrema » pour conquérir le marché européen. Toutefois, une loi interdisant l’utilisation du suffixe « Super » dans le nom des marques transalpines est votée en 1963 par le parlement. Pour se conformer à la nouvelle législation, « Supercrema » devient alors « Tartoise », avant de prendre l’appellation « Nutella » un an plus tard. Tous les ingrédients sont en place pour le succès écrasant de la pâte à tartiner.

Pâte à tartiner Nutella noisette
Crédits : PhotoEnduro / Pixabay

7/ Il n’y a pas que Nutella dans Ferrero

D’autres célèbres friandises dans le monde sont produites par l’entreprise italienne. Ferrero Rocher reste un exemple bien connu. La firme est aussi derrière la société Kinder créée en 1967. Deux ans plus tard, ce sont les Tic Tac qui sont sortis des usines Ferrero situées à Alba, dans le Piémont.

8/ Une affaire de famille qui rapporte gros

Comme nous l’avons vu, l’histoire du Nutella est étroitement liée à la famille Ferrero, et cela continue aujourd’hui. Par exemple, tous les CEO de l’entreprise font partie du clan. Le succès de leurs friandises a particulièrement enrichi la famille. En 2008, Michele Ferrero devient à ce titre l’homme le plus fortuné d’Italie.

Néanmoins, après son décès, c’est son fils qui prend la première place du classement transalpin… jusqu’en 2019 ! En effet, cette année-là, Giovanni Ferrero décide de déménager en Belgique avec son magot estimé à plus de 37 milliards d’euros.