in

Les phrases les plus agaçantes à entendre pour un Suisse

Crédits: AlexLMX-Sophie_Walster-Wikimedia_Commons/Montage : La Liste

5/ « La Suisse est un pays de délateurs ! »

Eh bien… oui, c’est en partie vrai… La délation est courante en Suisse et c’est vrai que cela énerve même ses habitants.  Si vous vous garez à la parisienne ou faites un écart au Code de la route avec une voiture immatriculée en France, il se peut que quelqu’un prenne en photo votre véhicule afin d’envoyer les clichés à la police. Et une contravention chez les Helvètes, c’est cher et ça arrive facilement dans les boîtes aux lettres étrangères !

envie de voyager
Crédits : Pexels

6/ « Ça va le chalet, ou bien ! Y a pas le feu au lac ! » (avec un accent pseudo-suisse)

Les personnes ayant un accent différent de la norme française ont l’habitude de subir ce genre de petites répliques agaçantes. Pour les Helvètes, cela se conjugue aussi avec une méconnaissance des accents régionaux (ou plutôt cantonaux). Selon où vous vous trouvez en Suisse, les intonations peuvent changer radicalement et un accent fribourgeois n’est pas le même que celui de Genève. Souvent, quand un Français imite l’accent suisse, c’est un grand mélange entre celui savoyard, vaudois et valaisan (dans le meilleur des cas).

7/ « Ah, quelle merveille le lac de Genève ! »

Que vous soyez citoyen suisse ou français vivant autour du lac Léman (car c’est son nom), c’est une des phrases qui a le don d’énerver le plus zen des lémaniques. Si en anglais il est commun de dire « Geneva Lake », il est préférable d’utiliser le terme de lac Léman afin de ne pas froisser votre interlocuteur. Est-ce qu’on appelle la Seine le fleuve de Paris ? C’est vrai qu’il y le lac d’Annecy…

Suisse phrases agaçantes
Crédits: xbrchx/isctock

8/ « Vous ne savez pas voter ! »

Des fois c’est vrai , mais cela reste à l’appréciation de chacun ! Les Suisses votent plusieurs fois dans l’année, en particulier sur des lois ou des amendements de la constitution. Les Français ont donc du mal à comprendre certains résultats, notamment pour refuser six semaines de vacances ou pour mettre en place un salaire minimum de plusieurs milliers d’euros. On peut l’expliquer très grossièrement par le fait que la partie allemande de la Suisse, qui est plus importante démographiquement, vote plus du côté du patronat que la partie française. Ceci a le don d’exaspérer aussi les Romands (le nom des habitants de la partie francophone de la confédération).

Vous voilà paré pour un voyage en Helvétie sans passer pour un hôte maladroit, même si on est sûr que cela n’empêchera pas certaines personnes de dire des phrases agaçantes qui ont le don d’énerver un citoyen suisse. Il y en a bien d’autres encore (il faut éviter de lancer un débat sur l’origine de la fondue ou de la raclette par exemple), mais nous n’allons quand même pas donner trop d’idées aux facétieux Français qui visitent le pays des Helvètes !