in

Ces sites internet de notre adolescence qui ont (presque) disparu

Crédits : montage LaListe

L’internet du début des années 2000 ne ressemble plus vraiment à celui que l’on connaît à présent. D’un grand village, nous sommes passés à une toile tentaculaire connectant, bon gré mal gré, la Terre entière. Cette évolution n’a pas pu être prise par tout le monde, à l’image de ces sites datant de notre adolescence et qui ont aujourd’hui presque disparu d’internet, mais pas de notre mémoire.

1/ Lycos

Au début des années 2000, ce moteur de recherche devenait célèbre grâce aux publicités mettant en scène le fameux retriever noir qui ramène ce que l’internaute recherche. À l’époque, « va chercher Lycos » était même une phrase que l’on pouvait entendre dans la vie de tous les jours. Outre le référencement de sites internet, Lycos proposait aussi une messagerie, des hébergements de domaine, un tchat, etc.

Cette multiplication de services différents illustre bien la stratégie de portail, très en vogue sur de nombreux sites disparus de notre adolescence. Pour l’anecdote, Lycos fait référence non pas à une race canine, mais à la Lycosidae, une espèce d’araignée. Aujourd’hui, plus personne ne peut demander au toutou de Lycos de ramener l’objet de leur recherche. Toutefois, le site continue à proposer des adresses email.

2/ CaraMail

« Salut, ASV stp ». Voilà une petite phrase qui rappellera des souvenirs aux membres du très célèbre tchat français. Derrière cet acronyme que s’envoyait les utilisateurs se cache en réalité une demande d’informations : « Âge Sexe Ville ». Cette façon pas très élégante d’entamer une conversation avec un internaute préfigurait l’émergence des sites de rencontres.

CaraMail chat tchat sites disparus adolescence

À l’instar de Lycos, CaraMail n’était pas uniquement un tchat. Le site proposait aussi de créer des adresses de messagerie (le fameux @caramail), de lire des magazines, de consulter l’annuaire, d’acheter des produits avec une plateforme d’enchères et bien d’autres choses encore. Il s’agissait d’un véritable portail de services en somme ! Cependant, la refonte de CaraMail après le rachat par Lycos Europe sonna le glas pour le site français qui ne s’est jamais relevé de l’opération.